vendredi 28 février 2014

Afin de chasser Bouteflika de la présidence

 
Afin de chasser Bouteflika de la présidence
 

 
 
 
Des réunions et des rassemblements ont été organisés cette semaine, notamment à Alger, pour organiser des manifestations contre le quatrième mandat de Bouteflika.
28/02/2014 – 11:09 mis a jour le 28/02/2014 – 11:37 parSaïd F.
 
 
La société civile semble commence à s’initier aux actions de protestations en dehors des formations politiques. Des voix fusent d’un peu partout en Algérie pour réclamer un changement démocratique. L’annonce du clan de Bouteflika de rester encore au pouvoir a suscité de vives réactions à travers toute l’Algérie.
Des réunions et des rassemblements ont été organisés cette semaine, notamment à Alger, pour organiser des manifestations contre le quatrième mandat de Bouteflika.
A Alger, des journalistes et d’autres personnalités hosties au régime en place ont tenu publiquement une réunion dans l’optique d’initier des manifestations pacifiques à travers toutes les grandes villes du pays. Leurs seuls objectif est d’en finir avec le régime en place dirigé par le clan de Oudjda depuis 1962.
« Tout le monde est contre ce président et son régime. Je pense que c’est le moment au jamais de sortir dans la rue et déboulonner ces dinosaures. On est un peuple courageux. L’exemple du peuple Ukrainien est à suivre », nous a déclaré au téléphone Rafik, un activiste indépendant de la région de Sétif. « Nous voulons, cette fois-ci, que ce soit le peuple, lui seul, qui va appeler à sortir dans la rue, pas les partis politiques. C’est avec cette stratégie que les Tunisiens ont réussi à mettre fin à la dictature de Benali », a suggéré un autre activiste Algérois.
Les prémices d’un soulèvement populaire à l’image de ce qui se passe à travers certains pays dans le monde font légion en Algérie. Les réseaux sociaux s’enflamment.
Les manipulateurs des services de sécurité et du DRS semblent perdre du terrain. Les photos de Bouteflika, de son frère, du général Toufik et consorts ne sont commentées que par les insultes. Le fameux mot « dégage » est le plus répétés par les internautes.
« Le contexte est favorable, les islamistes sont plus que jamais affaibli et je pense que le peuple Algérien doit saisir cette chance et ce climat pour se débarrasser une bonne fois pour toute de la junte militaire, dont la majorité des généraux sont issus de l’armée Française et ont fait carrière dans les rangs du colonisateur durant la guerre de libération nationale. Un ennemi d’hier ne pourra jamais être un ami aujourd’hui », fera remarquer un journaliste Algérien.
Saïd F.
Publicités