27/02/2014 / LIBYE

Libye : sept coptes égyptiens assassinés dans l’indifférence générale

 
Photo des coptes assassinés.
 
Sept ressortissants égyptiens, des maçons, de confession chrétienne, ont été exécutés dimanche 23 février à Benghazi, berceau de la révolution libyenne qui sombre toujours davantage dans le chaos. Un crime, très probablement commis pour des motifs religieux, qui n’émeut plus grand monde.
 
Les sept cadavres ont été retrouvés à 30 kilomètres à l’ouest de la ville. Leur identité a été confirmée par des sources diplomatiques égyptiennes. Trois jours plus tard, une délégation libyenne, présidée par l’ambassadeur de Libye au Caire, a été reçue par le secrétaire adjoint du ministre des Affaires étrangères égyptien. Les diplomates libyens ont présenté leurs condoléances et promis que toute la lumière sera faite sur ces meurtres.
 
C’est la deuxième fois que des ressortissants de la communauté copte sont pris pour cible à Benghazi. En mars 2013, plusieurs dizaines d’entre eux avaient été séquestrés et torturés par des miliciens qui les accusaient de prosélytisme.
 
La Libye est le deuxième pays de destination des migrants égyptiens après l’Arabie saoudite. Selon l’église copte égyptienne, 50 000 fidèles y vivent actuellement.
 
ATTENTION, CES IMAGES PEUVENT CHOQUER
 
 
 
Photos des victimes coptes.
CONTRIBUTEURS

« Ici, un crime chasse l’autre ! »

Feras Bosalum est originaire de Benghazi et collabore avec le bureau de Reuters en Libye.
 

Le crime n’a pas été revendiqué. Certains médias pointent du doigt le groupe [djihadiste, NDLR] Ansar al-Charia car c’est le plus connu dans l’est libyen. Mais il y en a d’autres, bien plus extrémistes, qui n’hésiteraient pas à s’attaquer à des migrants pour des questions purement religieuses.
 
Les victimes étaient de simples maçons, comme la grande majorité des Égyptiens de condition très modeste qui viennent travailler en Libye. Selon les témoignages de leurs compatriotes, les membres d’une milice, sont entrés cagoulés dans plusieurs maisons louées par des groupes de travailleurs coptes et musulmans. Ils leur ont posé des questions sur le culte musulman et ils ont regardé si certains avaient des croix tatouées sur leur bras. Puis ils sont repartis en emmenant les sept travailleurs, dont certaines étaient de la même famille. Quelques heures plus tard, leurs cadavres ont été retrouvés dans un terrain vague, à l’extérieur de la ville.
 
« Les coptes égyptiens sont accusés de faire du prosélytisme parce qu’ils parlent arabe »
 

Les coptes ne sont pas les seuls non musulmans qui viennent travailler en Libye, il y a aussi des migrants d’Afrique sub-saharienne. Mais ces derniers sont francophones alors que les coptes, égyptiens, parlent arabe. Il communiquent donc plus avec les Libyens et du coup, on les accuse de faire du prosélytisme.
 
C’est vrai que des coptes ont été enlevés et torturés l’année dernière, mais à l’époque on pensait que ce serait un acte isolé. Cette fois, il s’agit de plusieurs meurtres qui ont été prémédités.
Pourtant, les Libyens ont déjà oublié ce qui s’est passé car la violence fait partie de notre quotidien maintenant, surtout dans l’est. Pas plus tard qu’hier, il y a eu trois morts dans des échanges de tir à Benghazi. Et le fait que ces victimes soient copte n’a pas semblé fait réagir les gens. C’est triste à dire, mais ici, un crime chasse l’autre !
 
Les diplomates libyens ont promis d’ouvrir une enquête sur cette affaire, mais ces déclarations ont simplement pour but de calmer les tensions avec le voisin égyptien. Cela fait des mois que des policiers et des militaires se font tuer en Libye et personne n’a été arrêté jusque-là. Les autorités sont totalement dépassées.
 
 
D’après d’autres de nos Observateurs sur place, ces assassinats n’ont pas été au centre des conversations des habitants de Benghazi. Les médias locaux ont par ailleurs peu relayé ce qui est considéré comme un fait divers banal.
Publicités