Afin de reprendre contact avec les comités de soutien à la candidature de son frère
 

 
 

 

Saïd Bouteflika, ajoute notre source, a, donc, décidé d’annuler son déplacement dans la capitale du Djurdjura. « Il a été empêché de manière indirecte par un haut responsable du DRS », confie notre source, sans citer le nom de ce haut responsable.

01/03/2014 – 00:05 mis a jour le 28/02/2014 – 20:59 parSaïd F.
 

 

Le frère du chef de l’Etat, Saïd Bouteflika, devait se rendre cet hier après-midi (le vendredi 28 fevrier 2014) à la ville de Tizi Wezzu. Une source crédible nous a confirmé qu’il a été empêché par des services secrets de prendre attache avec des membres des comités de soutien à Bouteflika.

Saïd Bouteflika, ajoute notre source, a, donc, décidé d’annuler son déplacement dans la capitale du Djurdjura. « Il a été empêché de manière indirecte par un haut responsable du DRS », confie notre source, sans citer le nom de ce haut responsable. 
Aucune explication n’a été fournie sur les raisons de l’interdiction qui ne dit pas son nom au tout puissant Saïd Bouteflika de se rendre à Tizi Wezzu. Une chose est sûre, la crise est très sérieuse au sommet ? Personne ne sait ce qui se trame.

D’autres informations font état du refus de certains gradés du DRS de laisser les caisses de l’Etat au profit du candidat Boutefika qui a bradé des milliards de dinars lors des trois dernières élections présidentielles. 
L’Algérie est sur un volcan. A n’importe quel moment tout peut se basculer. Saïd Bouteflika a décidé d’entamer la campagne électorale en faveur de son frère à Tizi Wezzu en réactivant les réseaux et les cellules dormantes. 
En 1999 comme en 2004 et en 2009, la plupart des activistes en faveur de Bouteflika étaient, comme tout le monde le sait, des barons de la drogue et des célèbres proxénètes.

Des dizaines de milliards ont été distribués en faveurs des danseurs du ventre. De Simples voyous sont devenus aujourd’hui des milliardaires. 
De simples voleurs de poste-cassettes, sont devenus des nababs à Tizi Wezzu qui dictent leur loi avec la bénédiction de Saïd Bouteflika.

Saïd F.

Publicités