Ils ont tenté d’organiser un rassemblement contre le quatrième mandat de Bouteflika
 

 
 

 

La plupart des manifestants sont embarqués vers une direction inconnue. Des célèbres journalistes de la presse écrite algérienne, à l’image de l’écrivain journaliste Mustapha Benfodhil et Mehdi Bsekti, du quotidien national francophone, El Watan, qui font partie des quarantaines de personne interpellées.

01/03/2014 – 10:58 mis a jour le 01/03/2014 – 15:01 parR. Moussaoui
 

 

Le rassemblement contre un quatrième mandat de Bouteflika n’a pas eu lieu ce matin à Alger. Des militants et des journalistes qui ont décidé d’organiser une manifestation à côté de la Fac centrale d’Alger ont été embarqués brutalement par les services de sécurité en civil et des policiers déployés en nombre impressionnant.

La plupart des manifestants sont embarqués vers une direction inconnue. Des célèbres journalistes de la presse écrite algérienne, à l’image de l’écrivain journaliste Mustapha Benfodhil et Mehdi Bsekti, du quotidien national francophone, El Watan, qui font partie des quarantaines de personne interpellées.

Les services de sécurité ont agressé et insulté tous les présents et ont agi avec une brutalité et un acharnement contre de simples citoyens qui n’ont fait que brandir des pancartes pour exprimer leur opposition au quatrième mandat de Bouteflika. 
Au moment où nous mettons en ligne cet article, d’autres rassemblements à Alger centre ont été empêchés par les services de sécurité.

La tension reste palpable à Alger. Les opposants au quatrième mandat de Bouteflika, qui sont nombreux, veulent faire sortir le peuple dans la rue dans l’espoir de faire chuter le régime dictatorial d’Alger. 
A ghardaïa, les hostilités ont repris hier de nouveau. L’Algérie peut s’embraser à n’importe quel moment. Le peuple a perdu patience.

R.Moussaoui

Publicités