Lettre ouverte à Saib Ariqat.
En tant que représentant officiel de la délégation dite « palestinienne », vous avez sans sourciller le moins du monde déclaré « habiter la terre de Palestine depuis 9000 ans » (sic!). 
La déléguée israélienne qui était en face de vous, Mme Tsipi Livni, n’a pas su répondre à vos allégations. Médusée par tant d’aplomb et peu rompue aux exercices de haute voltige de la propagande palestiniste, elle a sans doute pensé qu’il était superflu de relever l’anachronisme ignare et fantaisiste de vos dires ou à s’attarder outre mesure à votre manque totale de connaissances historiques et archéologiques. Mme Livni ne savait également pas que vous êtes réputé pour votre « caméléonisme » et votre faculté de changer d’argumentaire selon les circonstances et les interlocuteurs que vous avez en face de vous.
Au départ, vous vous déclariez « arabe ». Puis, ayant pris conscience du fait qu’en se définissant ainsi, cela signifiait que vous étiez un descendant d’occupants, en l’occurrence un descendant des conquérants arabo-islamistes qui envahirent le pays d’Israël au VIIème siècle après EC, vous changèrent alors de tactique.
Désormais, vous vous êtes présenté comme un descendant de « Philistins ». Mais malheureusement, ce nouvel argument pour asseoir votre pseudo « antériorité des droits sur la Palestine », s’est retourné contre vous : les Philistins étaient également des envahisseurs venus de Crête que les Hébreux autochtones boutèrent hors de leur pays au Xème siècle avant EC. Qui plus est, ces Philistins n’étaient pas des « sémites » (bien que ce terme ne veuille rien dire ethniquement parlant) et le nom « Philistins » que les Hébreux leur ont octroyé (dans leur langue !) signifie justement « occupants, intrus, envahisseurs » ! Ce nom péjoratif est en quelque sorte mérité puisqu’en effet ces « Philistins » étaient des envahisseurs crétois « venus de la mer ». 
Allant de déconvenue en déconvenue, vous firent même la découverte désolante que le Coran (qui entre parenthèses est un fâcheux plagiat de la Bible) jette l’anathème sur ces Philistins comme ennemis d’Allah et encense « les Fils d’Israël » pour les avoir chassés du pays !
Non sans regret pour votre tactique tombée à l’eau (de mer, c’est le cas de le dire !), vous décidèrent de changer votre fusil d’épaule et vous chercher une nouvelle identité. Vous prétendez à présent être « un descendant des Cananéens » !!! 
Il faut quand même vous rappeler Mr Ariqat, ce que vous deviez certes savoir en tant que Goebbels palestiniste qui prend ses mensonges pour des vérités parce qu’il ne cesse de les répéter, que non seulement le Coran prône (tout comme la Bible d’ailleurs) l’extermination des Cananéens, mais encore et surtout que les Cananéens étaient… des Hébreux !
La seule chose qui différenciait les Cananéens des autres Hébreux qu’étaient les « Fils d’Israël », était la religion : les Cananéens ont conservé la religion polythéiste, païenne, animiste et totémiste des anciens Hébreux, alors que peu à peu les « Fils d’Israël » ont adopté la réforme du monothéisme judaïque. Il n’est donc ici question que d’une polémique intérieure au sein du peuple hébreu dont la Bible judaïque (qui est une compilation de textes de polémique théologique davantage qu’un ouvrage d’histoire) s’est faite l’écho. Ainsi le monothéisme biblique nie aux Cananéens le droit de s’appeler Hébreux tant qu’ils conservent leurs traditions polythéistes. Et c’est la raison pour laquelle la Bible a modifié l’ascendance des Cananéens en tant que « Cham » et non plus « Sem ».
Une autre différence, celle-là géographique, était le fait que les Cananéens habitaient le littoral côtier d’Israël (c’est d’ailleurs l’étymologie de Canaan = « terre basse, là où le soleil se couche ») alors que les autres Hébreux étaient installés sur des versants montagneux. D’ailleurs l’étymologie hébraïque de ‘Eber ( = Hébreu) signifie : « passeur de cols ».
Mais d’un point de vue strictement ethnique, tout comme linguistique et culturel, les Cananéens étaient des Hébreux, non-monothéistes certes, mais des Hébreux ! Tout était hébreu chez eux. Ce qui a fait dire au célèbre archéologue Adyah Horon Gourevitch que « les Cananéens sont les plus hébreux parmi les Hébreux » ! 
Si vous étiez vraiment un Cananéen, Mr Ariqat, vous devriez cesser de parler la langue d’occupant qu’est l’arabe pour vous mettre à l’hébreu, langue et culture exclusivement autochtones de ce pays, et demander à rejoindre l’identité hébraïque des seuls indigènes de cette terre: les Hébreux-Cananéens.
Et si vous refusez contre toute logique de rejoindre l’identité hébreue-cananéenne, c’est tout simplement parce que vous êtes un étranger sur cette terre comme d »ailleurs trente pour cent de ceux qu’on nomme « palestiniens » et qui sont en vérité des Albanais, des Caucasiens, des Kurdes et des Egyptiens. Les soixante dix pour cent restants sont en fait des descendants de Samaritains, de Judéens et de Galiléens, donc des Hébreux, arabisés et arabophonisés lors de l’invasion arabo-islamiste du VIIème siècle.
Alors décidez Mr Ariqat, faites-vous partie des trente pour cent d’occupants étrangers ou des soixante-dix pour cent d’Hébreux autochtones ? Etes-vous un envahisseur arabe ou un indigène hébreu-cananéen ? Que craignez-vous ? De découvrir que vous êtes un Albanais ou pire, que vous êtes un Hébreu, voire un Juif ?!
Selon votre réponse, nous saurions comment nous comporter à votre égard.
David André Belhassen

Publicités