Exclue de son lycée pour avoir porté une robe traditionnelle kabyle

 

C’est une vieille histoire qui a refait surface sur la toile algérienne. Une lycéenne exclue de sa classe par son enseignante pour la simple raison qu’elle portait la traditionnelle robe kabyle. Le lendemain, par solidarité avec cette élève, toutes les filles du lycée s’étaient habillées de cette tenue traditionnelle afin de dénoncer une exclusion qualifée “d’arbitraire” et de “raciste”.

Rassemblement de soutien à la lycéenne de Timezrit renvoyée pour avoir porté une robe kabyle traditionnelle

La robe Kabyle, un symbole de résistance contre le déni de l’identité berbère et son histoire ancestrale. C’est le message que ces lycéennes ont voulu adresser à leurs enseignants et responsables de l’administration de leur établissement. Rassemblées dans la cour du lycée, la photo, diffusée sur la toile, de ces lycéennes qui protestent et clament leur droit de porter la traditionnelle robe kabyle au sein de leur établissement scolaire suscite en ce moment un grand buzz sur Facebook.

Beaucoup d’internautes ont fait part de leurs émotions face à cette action de protestation pacifique et symbolique. Sauf que cette photo n’est pas récente et ce rassemblement n’a pas été tenu ces jours-ci. L’incident s’est produit dans la wilaya de Béjaïa, située à plus de 200 Km d’Alger, il y a de cela une année, a-t-on appris après plusieurs recherches effectuées sur les réseaux sociaux. Des correspondants de quotidiens nationaux qui couvrent les différentes localités de la Kabylie, ont confirmé également nos recherches : ce rassemblement date du 25 avril 2013 lorsque effectivement, une élève a été chassée de sa classe pour “tenue vestimentaire  incorrecte”. Or, l’élève était uniquement habillée d’une robe kabyle.  Bouleversées par “cette injustice”, ses caramades se sont mobilisées pour la défendre. Et c’est ainsi que l’idée d’un rassemblement de jeunes filles portant la tenue traditionnelle kabyle était né.

Cette action de protestation avait donc vu le jour au printemps de l’année dernière. La contestation avait commencé dans un lycée d’El Kseur, une ville située dans la wilaya de Béjaïa. Plus tard, elle s’était propagée dans plusieurs autres établissements en Kabylie. Aujourd’hui, une année après, une photo de ces rassemblements continuent d’alimenter une vive polémique. Comme quoi, grâce aux réseaux sociaux, rien ne s’oublie, rien ne s’efface. Signalons enfin que cette photo, celle que nous avons utilisé pour illustrer notre article, est celle qui a été partagée par la très populaire page Facebook algérienne Radio Trottoir. Par la suite, elle a été massivement partagée par de nombreux internautes et facebookers algériens. Elle suscite un grand buzz depuis plus de 24 heures.

Cependant,  après avoir vérifié son authenticité, nous avons découvert qu’elle avait été prise à l’occasion de la célébration de l’anniversaire du printemps berbère dans la ville de Timezrit, wilaya de Béjaia. Elle date de 2009 et elle avait été prise dans la cour du lycée Benhaddad Mohand Ouidir. Mais elle a été partagée sur Facebook pour illustrer la fameuse histoire de cette lycéenne qui avait été exclue en 2012 de son lycée à Béjaïa. Une histoire bel et bien réelle même et qui fait encore couler beaucoup d’encre.

Publicités