Elections présidentielles en Kabylie

Le chantage de l’administration

Saïd F. pour Tamurt.info

 

 
 

 

Les fonctionnaires et des employés sont contraints de signer en faveur de la candidature de Bouteflika à Tizi Wezzu. Le directeur de la Maison de la Culture de Tizi Wezzu a donné la couleur. Depuis quelques jours, El Hadi Ould Ali est à pied d’œuvre en réactivant ses anciens contacts l’ayant soutenu durant les dernières élections présidentielles au profit de Bouteflika.

03/03/2014 – 16:19 mis a jour le 03/03/2014 – 16:36 parSaïd F.
 

 

Après l’interdiction du DRS à Saïd Boputeflika de se rendre à la ville de Tizi Wezzu le week-end passé, les relais du clan de Bouteflika ont décidé de réagir à leur manière. Ils ont actionné leur réseau de soutien à travers l’administration. Le personnel administratif de tous les secteurs et les mouvements associatifs sont mis à rude épreuve.

Les fonctionnaires et des employés sont contraints de signer en faveur de la candidature de Bouteflika à Tizi Wezzu. Le directeur de la Maison de la Culture de Tizi Wezzu a donné la couleur. Depuis quelques jours, El Hadi Ould Ali est à pied d’œuvre en réactivant ses anciens contacts l’ayant soutenu durant les dernières élections présidentielles au profit de Bouteflika.
Des associations sont obligées à signer sous contrainte de retirer leurs subventions et aides accordées par ce département en faveur du candidat mourant.

On apprend de source sûre, que plusieurs directions de wilaya ont reçu l’ordre de ramasser des signatures. Il suffit de jeter un coup d’œil sur un article publié aujourd’hui par la Dépêche de Kabylie pour se rendre compte de la manière avec laquelle les pro-Bouteflika mènent une campagne contre la population au niveau local en faveur de leur candidat. 
Une forme de chantage qui ne dit pas son nom. « Au bureau, on ne parle même pas entre nous sur Bouteflika. Même les murs ont des oreilles. On risque de se voir licencier si jamais on évoque les couches de notre président de la République. Les mouchards et les taupes ont du pain sur la planche ces jours-ci », nous a déclaré une employée au siège de la wilaya de Tizi Wezzu.

Les entrepreneurs des travaux publics et les grands patrons sont aussi sollicités pour mettre la main à la poche et donner « un coup de main » à la campagne électorale. 
Les Islamistes, de leur côté, activent à leur manière dans la discrétion la plus totale.

Saïd F.

Publicités