Tizi Wezzu
 

 
 

 

« Nous avons refusé d’aller assister à meeting du clan de Bouteflika. Tous les fonctionnaires de notre direction se sont entendus pour ne pas y aller. Nous ne sommes pas des moutons que le régime peut utiliser pour sa pérennité. Chacun d’entre nous est libre d’opter pour le parti politique ou le candidat qui lui convient ou encore d’ignorer ces pseudo-élections mais pas question qu’on nous force comme par le passé d’applaudir contre notre grè les candidats du régime », nous a signifié une fonctionnaire d’une direction de la wilaya de Tizi Wezzu.

15/03/2014 – 16:09 mis a jour le 15/03/2014 – 19:04 parR. Moussaoui
 

 

Si par le passé le régime algérien obligeait les fonctionnaires de l’administration à voter et même de mener des campagnes en faveur des candidats du régime, plus particulièrement Bouteflika, cette fois le mur de la peur a été brisé. Des fonctionnaires Kabyles de la wilaya de Tizi Ouzou qui activent dans divers secteurs ont refusé, aujourd’hui, d’assister à un meeting populaire en faveur de Bouteflika qui devait se tenir cet après-midi à la Coupole à Alger.

« Nous avons refusé d’aller assister à meeting du clan de Bouteflika. Tous les fonctionnaires de notre direction se sont entendus pour ne pas y aller. Nous ne sommes pas des moutons que le régime peut utiliser pour sa pérennité. Chacun d’entre nous est libre d’opter pour le parti politique ou le candidat qui lui convient ou encore d’ignorer ces pseudo-élections mais pas question qu’on nous force comme par le passé d’applaudir contre notre grè les candidats du régime », nous a signifié une fonctionnaire d’une direction de la wilaya de Tizi Wezzu.

« Un certain moment, on a même exigé de nous d’adhérer au FLN ou au RND pour postuler à une promotion dans notre fonction, mais cette fois on a décidé de ne pas nous laisser faire. Qu’ils désignent celui qu’ils veulent à la présidence mais qu’on nous laisse nous les citoyens tranquille », fulmine notre interlocutrice.

D’autres administrateurs ont aussi réagi face à cette forme de chantage que le régime exerce contre eux. « Certains fonctionnaires opportunistes ont accepté d’assister au meeting des pro-Bouteflika à Alger. Ils sont libres, mais nous, nous avons opté cette fois pour une décision qui va garder notre dignité et on ne reviendra pas sur notre décision », nous a déclaré un autre fonctionnaire.
« Nous ne sommes pas concernés par ces élections et on ne veut plus qu’on nous mêlent dans leur politique. On veut l’indépendance de notre patrie qui est laKabylie, sinon ce qui se passe chez nos voisins algériens ne concerne que les habitants de ce pays voisin », nous déclara avec colère un fonctionnaire indépendantiste.

R.Moussaoui

Publicités