Hommage à Farid Ali et Rahim à Tizi Ouzou

Deux chanteurs seront célébrés cette semaine au niveau de la maison de la culture « Mouloud Mammeri « de Tizi Ouzou à l’occasion de l’anniversaire de leur disparition. Il s’agit, certes, de deux figures de générations différentes, mais il n’en demeure pas moins que chacun d’entre eux a laissé des traces indélébiles dans l’arène de la chanson kabyle.

Ce sont : Farid Ali et Rahim. Farid Ali, pour rappel, est l’interprète de l’une des plus célèbres et plus belles chansons patriotiques algérienne d’expression kabyle, intitulée : «Ayemma sebr uretsru» et merveilleusement reprise par Matoub Lounès en 1992 dans son album «Communion avec la patrie». Farid Ali a également chanté de nombreuses autres chansons dans la même langue. Originaire de la région de Bounouh, près de Boghni, à cinquante kilomètres au sud de la ville de Tizi Ouzou, Farid Ali fait partie de la crème des artistes kabyles de sa génération à l’instar d’Arezki Oulatche, Akli Yahiatène, Slimane Azem, Zerrouki Allaoua, Cheikh El Hasnaoui, Cheikh Arab Bouyezgarene, Cheikh Nordine, etc… La direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou organise cette semaine donc une journée d’évocation sur Farid Ali. Ainsi, un recueillement et dépôt de gerbe de fleurs sur la tombe du défunt, suivis d’une chorale (le transport de Tizi-Ouzou vers Bounouh est assuré par la direction de la culture à 8 h45) sont programmés à cet effet. Il sera aussi question d’une exposition de photos et d’archives sur la vie et l’œuvre artistique de Farid Ali. Les organisateurs prévoient, en outre, des prestations d’une chorale et de chants patriotiques qui seront suivis de conférences sur la vie et le parcours de feu Farid Ali, ayant pour thème « la chanson révolutionnaire en Algérie». Par ailleurs, des activités commémoratives du quatrième anniversaire du décès du chanteur kabyle Rahim sont au menu dans le même établissement culturel.
Un programme a été concocté par la maison de la culture de Tizi Ouzou en collaboration avec le comité des activités culturelles et artistiques de la wilaya et l’apport de la famille Rahim, ainsi que l’assemblée populaire communale d’Ath Aissa Mimoun et le village natal de l’artiste, Imkechrene. Les organisateurs précisent que le public aura droit à une exposition sur la vie et l’œuvre de Rahim ainsi que de photographies, discographie et articles de presse.

Les activités seront ponctuées par un recueillement et dépôt de gerbes de fleurs sur la tombe de Rahim au village Imqechrene dans la commune d’Ait Aissa Mimoun, près de Ouaguenoun. Enfin, un gala artistique est programmé où il sera question de témoignages sur la vie et l’œuvre de Rahim avec la présence des membres de la famille et des amis de l’artiste à la voix de rossignol.
Aomar Mohellebi

Publicités