vendredi 28 mars 2014

Formalité du 17 avril pour l’élection de Bouteflika en Algérie

 Formalité du 17 avril pour l’élection de Bouteflika en Algérie

Abdelmalek Sellal chassé de Ouargla

Amenay A. pour Tamurt.info
D’impressionnants renforts de la gendarmerie nationale ont été appelés à la rescousse pour sauver du lynchage populaire, le plus comique des responsables algériens.
28/03/2014 – 00:15 mis a jour le 27/03/2014 – 23:00 par Amenay A
 

Visiblement, les responsables algériens sont devenus des plus insupportables pour la population. Durant la matinée d’hier, Abdelmakel Sellal, ex-premier ministre algérien, chef de campagne du candidat mourant, Abdelaziz Bouteflika n’a du son salut qu’à l’intervention musclée des forces de sécurité dans la wilaya de Ouargla, où il est allé faire campagne pour son mentor.
Le responsable en question a été encerclé, à l’intérieur de la salle omnisports de la ville de Ouargla, par une impressionnante foule de citoyens furieux, scandant des slogans hostiles au régime despotique d’Alger.
D’impressionnants renforts de la gendarmerie nationale ont été appelés à la rescousse pour sauver du lynchage populaire, le plus comique des responsables algériens.
Ces manifestants en colère ont crié, à gorge déployées, des slogans appelant au rejet du système mafieux d’Alger, qui les a ignoré durant des années. « Ils ne viennent que pour nous appeler à voter. Aucun responsable algérien n’a écouté nos doléances quand on manifestait pour réclamer des emplois dignes. Bien au contraire, ils nous ont « bastonnés », maltraités et diabolisés vis-à-vis de l’opinion publique. Maintenant, ils ne récoltent que ce qu’ils ont semé durant toutes ces années où ils nous ont méprisés » nous dira, en colère, un citoyen, chômeur de son état, de Ouargla joint par téléphone. « On rejette le système et leur mascarade électorale. Pas de vote ici ! » nous dira-t-il encore.
Il est à rappeler que Sellal, devenu célèbre, non pas par son travail, mais plutôt par ses blagues de très mauvais goût soulève un grand élan de mécontentement. Ce qui se répercute très négativement sur la campagne pour la formalité de l’élection de Bouteflika.
Amenay A

Publicités