samedi, 05 avril 2014 13:38
PHOTOS/VIDEO. Nuit sous tension à Béjaïa Spécial
Écrit par El Watan 2014
Taille de police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Imprimer E-mail Soyez le premier à commenter!
Évaluer cet élément1 2 3 4 5 (0 Votes)
La Maison de la culture de Béjaïa
La Maison de la culture de BéjaïaPhoto DR
Les affrontements qui ont éclaté avant l’arrivée d’Abdelmalek Sellal, ce samedi 4 avril à Béjaïa, se sont poursuivis jusque dans la nuit. La Maison de la culture a été saccagée et alors que des personnes se trouvaient encore à l’intérieur, policiers et émeutiers, échangeaient, à l’extérieur, tirs de gaz lacrymogène et projectiles. Samedi soir, les réactions de la classe politique et des associations étaient déjà nombreuses.

photo 1 1

bougie1

Bejaia 10

Bejaia 9

Les affrontements ont éclaté en milieu de journée, près de la Maison de la culture, entre les manifestants venus attendre Abdelmalek Sellal, dont le meeting a finalement été annulé, et les forces de l’ordre. Le bilan provisoire est de 15 blessés, dont des policiers. En début de soirée, des jeunes qui ne se revendiquent d’aucun parti ni d’aucun mouvement, ont mis le feu à la Maison de la culture. Son matériel informatique a été pillé. Des personnes se trouvent encore à l’intérieur et la police est toujours sur les lieux.

Bejaia 6

Bejaia 2

Bejaia 8

Bejaia 5

Bejaia 7

Avant de décoller pour Alger, où il a animé cet après-midi un meeting à la salle Atlas à Bab el Oued, l’ex-Premier ministre a déclaré : « Nous avons mené une campagne contre la violence et l’extrémisme. L’extrémisme ne mène à rien. J’ai annulé le meeting mais je remercie les habitants de Béjaïa pour leur accueil. Nous allons poursuivre notre travail avec la même détermination.» Le meeting de Tizi Ouzou prévu demain dimanche est maintenu.

Depuis Oran, Louisa Hanoune a qualifié l’empêchement de la tenue du meeting à Bejaïa de « dérive dangereuse et inacceptable ». « Cela ne ressemble pas aux habitants de la wilaya de Béjaïa qui ont une tradition démocratique », a-t-elle ajouté. « C’est le système du parti unique qui a privé le peuple du droit de l’expression libre, car chacun est libre d’exprimer son opinion mais dans le respect et sans que cela risque de nous entraîner vers le dérapage. Nous ne pouvons pas au nom de la démocratie et de l’opposition recourir aux pratiques plus dangereuses que celles du parti unique ».

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme de Béjaïa a déclaré de son côté que ces incidents marquent « un tournant grave, qui doit interpeller toutes les consciences et les acteurs politique et de la société civile. La LADDH Bureau de Bejaia qui a déjà alerté l’opinion à la veille de ce meeting en appelant la population et l’ensemble des acteurs à se démarquer de tout acte d’empêchement et de violence, n’a pas été malheureusement entendus. » Said Salhi, son vice-président a aussi appelé au nom de la LADDH « la population de Béjaïa à la vigilance, au calme et à demeurer dans le stricte cadre pacifique et démocratique pour l’avènement d’un état de droits et des libertés » et « les forces de sécurité et les pouvoirs publics à la retenue et à la clairvoyance dans le respect des lois de la république et des droits de l’Homme ».

Publicités