Conférence à Akfadou

Le rôle du toponyme et du patronyme dans la résistance d’un peuple menacé d’extinction culturellement

La Rédaction

 

 
 

 

Devant une foule se sentant concernée par la sauvegarde de la culture kabyle, Raziq Zouaoui est revenu sur de nombreux points qui démontre que tout est fait par le pouvoir raciste d’Alger d’anéantir tout ce qui a trait avec la Kabylie.

12/04/2014 – 12:47 mis a jour le 12/04/2014 – 20:56 parLa Rédaction

 

 

Samedi 11 avril à 11h, la section du Mouvement pour l’Autodétermination de laKabylie (MAK) de l’Akfadou a organisé une conférence-débat à Tiniri, Bgayet, autour du thème « Le rôle du toponyme et du patronyme dans la résistance d’un peuple menacé d’extinction culturellement, le cas de la Kabylie » avec Raziq Zouaoui, secrétaire national chargé de la promotion de la langue et de la culture kabyles.

Devant une foule se sentant concernée par la sauvegarde de la culture kabyle, Raziq Zouaoui est revenu sur de nombreux points qui démontre que tout est fait par le pouvoir raciste d’Alger d’anéantir tout ce qui a trait avec la Kabylie.

Quand l’administration n’arrive plus à changer le patronyme ou le toponyme, elle recourt à la déformation. Un lieu, en perdant son nom, perd toute son histoire, son charme, sa magie, il devient sans caractère. 
L’Algérie, comme son prédécesseur, la France coloniale, continue de nous traiter comme des indigènes. La France continu de massacrer les peuples amazighs, elle intervient au Mali de peur d’émergence du premier État indépendant berbère.

Le secrétaire national du MAK a cité divers exemples d’arabisation des patronymes kabyles par l’administration coloniale française dans un premier temps, puis par l’administration néocoloniale d’Alger. « Idir est ainsi devenu Yahia, Akli devient Abid, A3rab devient Larbi, Tadjedjigt devient Warda ou Werdia, Tassadit est devenue Se3dia… ». Asif n At 3isi devient OuedAissi, Ighzer devient Oued, Imechdalen devient Mechdellah, Tubiret devient Bouira , Bgayet devient Bejaia.

Après l’intervention de Raziq Zouaoui, l’invité surprise Ahmed Amrioui, vice-président de la FIDEK (Fondation pour l’Investissement et le développement de la Kabylie) a insisté sur le fait que la FIDEK est sur le point d’élaborer un riche programme pour prendre en charge plusieurs aspects notamment économiques de la Kabylie. FIDEK a pour objectif premier de doter la Kabylie de moyens financiers susceptibles de lui assurer un développement socio-économique, politique et culturel jusque-là délibérément entravé par le régime anti-kabyle d’Alger.

L’assistance n’est pas repartie les mains vides. la section a prévu un exemplaire du PEK, le Projet Économie Kabyle : Perspectives de Développement Durable – Dossier préparé par Bouaziz Ait Chebib et un prospectus de la FIDEK.

Après un riche débat d’idées avec l’assistance, les conférenciers ainsi des membres de la section locale se sont dirigé vers le PC du colonel Amirouche Ait Hamouda de la wilaya 3 situé au village mezaoura (Akfadou).

Publicités