dimanche 20 avril 2014

Union sacrée de la Kabylie, du M’zab et des Aurès sur le Parvis des droits de l’homme à Paris

 

Union sacrée de la Kabylie, du M’zab et des Aurès sur le Parvis des droits de l’homme à Paris

20/04/2014 – 20:12


PARIS (SIWEL) — Rencontre historique sur le Parvis des droits de l’homme, à Paris, entre Ferhat Mehenni, le président du Gouvernement provisoire kabyle en exil, Kameleddine Fekhar, militant des droits de l’homme et défenseur de l’identité et de la culture mozabites et de Yella Houha, fondateur du Mouvement autonomiste Chaoui (MAC)


Le kabyle Ferhat Mehenni entre le Mozabite Kameleddine Fekhar et le Chaoui Yella Houha (PH/DR)

Le kabyle Ferhat Mehenni entre le Mozabite Kameleddine Fekhar et le Chaoui Yella Houha (PH/DR)
Le 20 avril 2014 restera dans les annales de l’Histoire des peuples amazighs. 

La commémoration des printemps amazigh de 1980 et noir de 2001, événements fondateurs pour l’éveil de la conscience identitaire kabyle en particulier et amazigh (berbère) en général, a permis aux peuples frères que sont les Kabyles, les Mozabites et les Chaouis de se réunir sur le Parvis des droits de l’homme et de rappeler au monde entier leur droit à la liberté, au respect de leurs langues et cultures respectives et à l’autodétermination pour la Kabylie. 

Le temps, ce luxe des seigneurs, joue pour les luttes justes et nobles des peuples autochtones contre leur oppresseur : 

Les manifestants Kabyles ayant encore aujourd’hui subi à Tizi-Wezzu la répression féroce des forces de sécurité algériennes… 

Les Mozabites, blessés dans leur chair, eux qui ont perdu une dizaine de leurs enfants dont 2 la semaine dernière suite aux violences des Arabes Chambas soutenus par la police algérienne… 

Les Chaouis, blessés dans leur orgueil par les propos indignes et humiliants prononcés par Sellal le directeur de campagne de Bouteflika à leur encontre.. 

A noter que les Imazighen du Maroc ont, eux aussi, battu le pavé ce dimanche à Rabat pour la commémoration du 20 Avril. 

Aujourd’hui, réunis dans la douleur et le malheur, demain, unis dans l’épanouissement de l’identité amazighe commune et dans l’émancipation de chaque peuple amazigh. 

wbw 
SIWEL 2002012 AVR 14

Publicités