Tizi Wezzu
 
 Le DRS a instruit toutes les rédactions des journaux et radios de n’accorder aucune importance à cet acte terroriste sanglant. Des sources hospitalières ont confirmé à Tamurt.info que le nombre de victimes dépasse largement onze soldats. « Le nombre de corps que nous avons reçu à la morgue dépasse la trentaine. On n’a pas le droit de communiquer la moindre information, mais je sais que rares sont les militaires qui sont sortis indemnes de cette attaque », nous confie un médecin du CHU de Tizi Wezzu.
21/04/2014 – 15:47 mis a jour le 21/04/2014 – 17:03 par Karima Oufli
 Un communiqué signé par le ministère de la défense algérien a été rendu public hier pour exhorter les journalistes à vérifier leurs informations concernant l’attentat terroriste d’hier contre un convoi militaire à Ath Wacifs. Le communiqué a précise que 11 militaires ont été seulement tués lors de cette attaque terroristes spectaculaire.

Le DRS a instruit toutes les rédactions des journaux et radios de n’accorder aucune importance à cet acte terroriste sanglant. Des sources hospitalières ont confirmé à Tamurt.info que le nombre de victimes dépasse largement onze soldats. « Le nombre de corps que nous avons reçu à la morgue dépasse la trentaine. On n’a pas le droit de communiquer la moindre information, mais je sais que rares sont les militaires qui sont sortis indemnes de cette attaque », nous confie un médecin du CHU de Tizi Wezzu.

L’attaque terroriste d’hier a surpris plus d’un. Les observateurs de la scène politique n’écartent pas la possibilité de la reprise des confrontations au sommet de l’Etat après la réélection de Bouteflika Les militaires ont l’habitude de solder leurs compte depuis le début des années 1992 par attentat amputés au terrorisme islamiste.

D’ailleurs, il n’est pas à écarter que l’empêchement de la marche du MAK d’hier à Tizi Wezzu est peut être liée à cette attaque. « Ce n’est pas normal que les services de sécurité tolère la marche du MAK à Vgayet et à Tuviret mais pas à Tizi Wezzu. Je pense que le clan de Bouteflika à travers la répression policière d’hier contre les manifestants du MAK veut détourner l’opinion publique de l’attentat d’hier et inciter la presse locale de se focaliser sur cette répression. Le communiqué de ministère de la défense veut tout dire », analyse un militant du MAK.

Karima Oufli

Publicités