RÉPRESSION DE LA MARCHE DU MAK

 

5 POLICIERS SUSPENDUS, MAIS PAS LES COMMENDATAIRES !

R.Moussaoui pour Tamurt.info

 

 Tout le monde sait que les policiers qui ont agi de la sorte sont d’abord très nombreux et leur nombre ne se limite pas à cinq agents. De plus, impossible pour eux d’agir avec une telle sauvagerie s’ils n’ont pas reçu le feu vert de leurs supérieurs. Ces mêmes supérieurs qui ont pris d’ailleurs le soin de trier sur le volet les policiers à envoyer réprimer les militants du MAK en choisissant les agents arabes les plus racistes envers les Kabyles.

22/04/2014 – 17:40 mis a jour le 22/04/2014 – 20:05 par R. Moussaoui

Le pouvoir algérien veut faire croire à l’opinion internationale que les policiers auteurs des dépassements lors de la marche du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) à Tizi Wezzu du 20 avril dernier ont agi de leur propre gré. Après avoir lancé soit disant une enquête, cinq policiers viennent d’être suspendus de leurs fonctions, sans donner leur identité. Difficile donc de vérifier si vraiment ces cinq policiers sont vraiment sanctionnés. Par ailleurs, l’enquête semble s’arrêter là et les commenditaires, soit les officiers qui ont ordonné de réprimer cette manifestation pacifique du MAK, ne sont pas inquiétés.

Tout le monde sait que les policiers qui ont agi de la sorte sont d’abord très nombreux et leur nombre ne se limite pas à cinq agents. De plus, impossible pour eux d’agir avec une telle sauvagerie s’ils n’ont pas reçu le feu vert de leurs supérieurs. Ces mêmes supérieurs qui ont pris d’ailleurs le soin de trier sur le volet les policiers à envoyer réprimer les militants du MAK en choisissant les agents arabes les plus racistes envers les Kabyles.

Vu la gravité des actes commis par les policiers, et devant les preuves irréfutables des militants du MAK qui ont filmé des scènes qui ont choqué le monde entier, aucun responsable au niveau local ne veut assumer ses responsabilités. Des avocats en Europe et au Canada ont pris attache avec certaines victimes pour un probable dépôt de plainte au niveau des instances et tribunaux internationaux contre les officiers et les policiers criminels pour « racisme et tortures ».

Par ailleurs, le MAK qui vient d’appeler à une autre marche pacifique ce 27 avril a mis devant le fait accompli les décideurs algériens.

R.Moussaoui

Publicités