dimanche 18 janvier 2015

 

Le Président d’A.P.W. conteste la présence du drapeau berbère à Illoula Oumalou

Soumis par Tivan le dim, 2015-01-18 19:52
réussi pour la coordination des associations d’Illoula Oumalou
KABYLE.COM Kabylie – Depuis très longtemps,  le débat public a disparu en Kabylie, un pays très politisé, connu pour être un fief de démocratie, d’ouverture, culture, d’idées, savoir, d’association, d’autocritique positive,  tolérance, contestation, revendication et de permutation.
Après un long sommeil imposé par le « pouvoir opaque » qui a décrété la censure, interdiction d’activités culturels, scientifiques, politiques dans tous les espaces publics y compris  dans les centres universitaires réputés comme lieux de débats d’éruditions par excellence jadis ; la région a été plongée dans une léthargie absolue.

Désormais, le voile de la honte, la peur et le couvre-feu de la pensée viennent de se lever, la lumière a enfin jailli. La coordination des associations D’illoula Omalou, dans la daïra de Bouzegune a été courageuse, audacieuse et intrépide.  Cette dernière a organisé hier (samedi) au chef lieu communal, une série de conférences débats au collège du Chahid  Mohand Ou Yedir ; en présence d’une assistance nombreuse composée essentiellement des présidents d’associations venus de toutes les régions de la Kabylie profonde.

 

Aussi, des universitaires, étudiants, chercheurs, élus locaux, commerçants, cultivateurs, citoyens et enseignants  des écoles tous paliers confondus, ont collaboré activement à la réussite de cet événement. Un riche programme a été concocté par les organisateurs  indomptables. En outre, plusieurs experts, scientifiques, et spécialistes, n’ont ménagé aucun effort pour répondre à l’invitation des initiateurs qui ont bradé  l’interdit. A cet effet, des communications sur de nombreux  thèmes ont été animées par  des chercheurs et autres professeurs de haut nivaux à savoir : « Dimension juridique et politique de Tajmaat en Kabylie » par Azzedine Kenzi, docteur en socio anthropologie,  « Réinvention de Tadjmaat, institution villageoise vu les défis du présent » Salhi Karim chercheur- université Mouloud Mammeri , « Comparaisons entre les organisations berbérophone » ( Moussouni Akli, économiste et expert en développement locale université d’Alger), « L’institution villageoise en tant qu’ossature du développement  local »  (Rachid Oulbsir penseur et écrivain kabyle), « étude de la structure et de la fonction de Tadjmaat de kabylie dans sa relation avec l’état » ( Nouh Abdellah,  universitaire et chercheur)  «  l’histoire de la méditerranée depuis l’antiquité à nos jours » ( Mohant Tayeb Larvi ( professeur à l’UMMTO Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou).

 

Il est à signaler, la participation active des élus, membres d’associations et autres citoyens  au débat qui a été à la hauteur  des aspirations des invités. Cette initiative  louable, mérite amplement d’être encouragée. La ligne rouge est franchie, l’espoir revient, le combat continu et la Kabylie triomphera.  Par ailleurs, un incident a faillit tourner au couchemar lorsque le président de L’APW  F.F.S (Assemblée populaire de la wilaya de Tizi -Ouzou), a fait irruption à l’intérieur de  la salle de conférence en compagnie du maire d’Illoula Oumalou  de la même formation politique pour dire aux organisateurs, d’enlever le drapeau Berbère  affiché sur la scène  où se trouvaient les conférenciers.

 

Plus grave encore, « ce premier magistrat de la wilaya  proche du pouvoir»   a oublié qu’il est élu par le peuple kabyle, et que les organisateurs l’ont honoré par une invitation.  Une chose est sure,  « l’élu du plus vieux parti d’opposition » n’a pas réussi à changer l’avis des organisateurs, puisque l’emblème amazigh a été placardé sur tous les murs de la commune durant toute la journée.

 

Contrarié, notre « cher président » a préféré boycotter la rencontre que de voir ce fameux drapeau tant aimé et sacralisé par ses frères kabyle comme lui. Espérant que notre « élu du peuple » changera d’avis à la fin de son mandant, car le drapeau Imazighane jouera un rôle important pour sa  réélection, il a intérêt  de « l’aduler » même hypocritement, seul moyens pour gagner les prochaines élections avec une majorité absolue !           

 

BALAK A.

Publicités