Algérie / Polisario: le Bulletin Européen publie en exclusivité un rapport accablant de l’OLAF

05/02/2015 – 14:03

BRUXELLES (SIWEL) — Le rapport de l’Office anti-fraude de l’UE (OLAF) sur les détournements de l’aide humanitaire internationale destinée aux camps contrôlés par le Polisario dans le sud de l’Algérie, vient d’être publié par EuBulletin, le think tank de l’Union européenne qui ne laisse aucun doute sur l’ampleur et le caractère structuré de ce trafic lucratif. Ce rapport accacblant met à nu le trafic organisé par les plus hautes instances d’Algérie et du Polisario.


Le chef du Polisario partage le Méchoui avec le DRS algérien ( PH/DR)

Le chef du Polisario partage le Méchoui avec le DRS algérien ( PH/DR)
Le rapport de l’Office anti-fraude de l’UE (OLAF) qui vient d’être publié par EuBulletin, le think tank de l’Union européenne, indique que l’enquête menée par l’OLAF conclut à l’existence de filières de détournements à grande échelle de l’aide humanitaire internationale, à la fois par des responsables algériens et des dirigeants du Polisario, le mouvement qui dispute au Maroc la souveraineté sur la région du Sahara occidental.

Ce trafic commence à l’arrivée des chargements de l’aide internationale dans le port d’Oran, où le tri est soigneusement opéré entre « ce qui doit arriver et ce qui peut être détourné ». L’Office européen rappelle que ces détournements existent depuis plusieurs années, alors que l’UE consacre aux camps de Tindouf 10 millions d’euros d’aide humanitaire annuelle depuis 1975.

ECHO, l’Office chargé de l’aide humanitaire européenne, « a découvert les produits (détournés) sur les marchés de Bechar (Algérie, 800 km des camps), Tindouf (Algérie, proche des camps), Nouakchott, Chingetti et Nema (trois villes de Mauritanie) », précisent les enquêteurs de l’OLAF.

Le rapport européen impute l’importance et la durée des détournements de l’aide humanitaire à un gonflement délibéré du nombre de sahraouis dans les camps. Les chiffres fournis par l’Algérie sur l’existence de 150.000 sahraouis dans les camps de Tindouf sont « fortement surestimés ». L’OLAF précise : « Il faut savoir que les chiffres ont toujours été donnés aux agence de l’ONU par le gouvernement algérien : ni l’Algérie ni le Polisario n’ont accepté qu’un recensement des populations des camps soit effectué par les Instances internationales ».

Ce vol organisé et structuré avait d’autres objectifs encore. Les officiers du DRS, les services secrets algériens, « ont installé des points de vente, sortes d’épiceries, dans les camps, destinés à vendre l’aide humanitaire aux populations. C’est une manière indirecte de récupérer tout l’argent qui circule au sein de la population civile, en l’occurrence l’argent versé aux retraités par le gouvernement espagnol », précise encore le rapport.

Le moins que l’on puisse dire est que ce rapport reflète la nature exacte des dignitaires de l’Etat algérien et de ses marionnettes de mauvaise facture du Polisario.

Pour consulter le rapport intégral de l’OLAF cliquer ici

Avec agences,
maa,
SIWEL 051403 FEV 15

Publicités