dimanche 15 février 2015

Nabila Djahnine, l’éternelle combattante | Tamurt.info

 

Assassinée le 15 février 1995 à Tizi-Ouzou

Nabila Djahnine, l’éternelle combattante

Gaya B. pour Tamurt.info
 

Nabila Djahnine a été assassinée le 15 février 1995 à Tizi Ouzou par un groupe terroriste Islamiste.  Militante féministe, cette femme battante a payé, malheureusement, de sa vie sa lutte pour le droit des femmes en Algérie.

15/02/2015 – 18:02 mis a jour le 15/02/2015 – 17:59 par Gaya B

  

Elle avait 30 ans lorsque les balles assassines et l’obscurantisme l’ont achevé. Depuis novembre dernier, une polyclinique porte son nom à Tizi-Ouzou. Nabila Djahnine était étudiante à l’université de Tizi-Ouzou. Féministe convaincue, elle s’est engagée contre le code de la famille, voté en 1984 et toujours en vigueur en Algérie. Elle était une femme rassembleuse et courageuse.

Nabila avait animé le Collectif d’étudiantes, en 1988 à Tizi Ouzou, puis à l’association « Tighri n’Tmettuth », créée en 1990 et qu’elle a présidé. Nabila Djahnine était diplômée de l’institut d’architecture. « Son engagement forçait le respect. Bien qu’inscrite au Groupe communiste révolutionnaire (GCR) puis au Parti socialiste des travailleurs (PST) », témoigne-t-on. Elle avait milité dans le Mouvement culturel Berbère (MCB).

Elle est née en 1965 à Vgayet.

L’association « Thighri n tmetut » (Cri de femme), qu’elle présidait « tentait de libérer les femmes de la prison dans laquelle les avaient enfermées le code de la famille de l’état algérien en leur offrant la possibilité d’avoir des activités dans les espaces publics ».

Gaya B

Publicités