dimanche 7 juin 2015

Série d’opérations de lever du drapeau à Akbil, pays du cocagne | Tamurt.info

 

Série d’opérations de lever du drapeau à Akbil, pays du cocagne

De Tizi-Ouzou, Saïd Tissegouine
 

06/06/2015 – 00:15 mis a jour le 06/06/2015 – 00:02 par Saïd Tissegouine

 

 

 

La grande famille militante et patriotique du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), à sa tête, son président, Bouaziz Aït-Chebib, a sillonné aujourd’hui Akbil, pays du cocagne par excellence. Ce programme d’actions, inscrit à l’agenda du MAK depuis longtemps, a porté plus précisément sur une série d’opérations concernant le lever du drapeau kabyle. Les villages ciblés sont successivement Ath-Ouavane, Aït-Msselaïne, Ath-Ouaggur et Aït-Hamsi.

Le premier point de rencontre des représentants de la nation kabyle fut Ath-Ouavane. Devant les villageois auxquels se sont mêlés les nombreux militants du MAK, un couple, formé par un garçonnet et une fillette, et lequel couple symbolise la préservation de l’étendard légué par les Anciens, procéda au lever des couleurs nationales kabyles au son solennel de l’hymne national. Une fois le drapeau hissé, Bouaziz Aït-Chebib fit un discours pour la circonstance où il rappela les objectifs du MAK et les raisons de sa création, voilà déjà 14 années.

Le premier responsable, même s’il n’a pas été prolixe dans son intervention fut cependant très explicite quant à la noblesse du combat menée par la Kabylie pour retrouver sa liberté confisquée depuis plus d’un siècle et demi. Bouaziz Aït-Chebib refusa également le discours triomphaliste puisqu’il ne dissimula pas les obstacles dressés contre le MAK par les tenants de l’arabo-islamisme qui se servent, hélas de certains nervis, originaires même de la Kabylie, et dont la compétence en matière de nuisance consiste à provoquer des incompréhensions entre le peuple kabyle et son représentant légitime et authentique, en l’occurrence le MAK.

Le Président du MAK a tenu également à balayer le fatalisme, car le plus dur est désormais derrière la Kabylie dès lors que « par la compétence, l’abnégation et la ténacité du Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK), à sa tête, Ferhat Mehenni, symbole de la loyauté et de l’honneur, a réussi à porter la question aux quatre coins du globe ».

A peine que Bouaziz Aït-Chebib eut déposé le micro que l’assistance entama en chœur ce slogan : « Assa azekka, Ferhat Mehenni Yella yella, assa azekka, Ferhat Mehenni yella yella,… » C’est sur ce rappel de l’attachement des Kabyles à l’homme poussé à l’exil par le régime arabo-islamiste d’Alger après n’avoir pu le corrompre même en lui proposant statut de dignitaire et richesses matérielles dignes de grands sultans arabes de l’époque médiévale que les militants du MAK quittèrent Ath-Ouavane pour le village voisin, Aït-Messalïne.

Le cortège formé par les voitures fut grand et majestueux. En un mot, une belle caravane, car c’en est bien une. Une fois arrivés au point du rendez-vous, les caravaniers étaient attendus par une foule nombreuse.
Et ça été le même climat d’engouement pour les étapes suivantes. Il est à relever qu’à Ath-Ouaggur, c’est Mouloud Hamraoui et Hocine Azem à qui échoit la mission de prononcer le discours de vérité unissant le MAK à son peuple. Notons enfin que le chanteur et militant de la cause nationale kabyle, Said Kessas, originaire de la wilaya de Boumerdès, avait pris entièrement part à cette caravane du MAK.

Publicités