Dépêche de Kabylie et Le temps d’Algérie un même combat :

Comment briser la Kabylie

Démenti de l’association DKF

Après le boycott médiatique et la diffamation, nous voilà devant une nouvelle étape de perversion de l’information. En effet, le journal du kabyle de service « Ali Hadad », « Le temps d’Algérie » en l’occurrence, après avoir désinformé ses lecteurs dans un article occultant le lever du drapeau kabyle à Prague et la conférence du vice-président de l’Anavad, Lyazid Abid, et transformé un événement kabyle entièrement dédié à l’indépendance de la Kabylie, en un événement mensonger algérien. Ce « journal » a refusé de publier le démenti de DKF, organisatrice de l’événement, et pourtant c’est un droit. Encore une fois, le bouteflikisme confirme pour la énième fois à travers un de ses serviteurs kabyles son anti-kabylisme primaire. Pour rétablir la vérité, Tamurt.info publie démenti de DKF dans son intégralité.

19/05/2015 – 00:00 mis a jour le 19/05/2015 – 00:17 par Ahmed Amrioui

 

Dans votre édition n.1945 du mercredi 6 mai 2015, en page 16, un article intitulé « Soirée kabyle à Prague », signé par F. Benamer, a déformé grossièrement la réalité. Cette soirée à laquelle le peuple kabyle et le peuple tchèque avaient été conviés a été organisée par l’association Amitié Allemagne-Kabylie (DKF) pour commémorer le 35e anniversaire du printemps amazigh.

Cette rencontre a débuté par la levée du drapeau kabyle en entonnant l’hymne national kabyle. Le serment d’allégeance aux couleurs nationales kabyles a été répété solennellement par tous les participants. Une conférence du vice-président de l’Anavad, Lyazid Abid sur la marche du peuple kabyle vers sa liberté a été précédée par la prise de parole d’un représentant des Kurdes d’Europe venu pour encourager le peuple kabyle dans sa quête de liberté et par l’intervention de Razik Zouaoui, militant du MAK, sur le rôle du toponyme dans la résistance d’un peuple. Le cycle des conférences a été clôturé par l’intervention d’Ahmed Amrioui sur la fondation Fidek (Fondation de la Diaspora Kabyle) et ses projets.

Après un débat riche et fructueux des conférenciers avec le public, les chanteurs kabyles Ali Adeflawen, Allaoua Balouli et Mehdi Khenache ont enchantés les présents par leurs chansons engagées. Uli, une Allemande amie de la Kabylie, rédactrice de Tamurt.info – édition allemande et membre de l’association DKF – est aussi montée sur scène pour fredonner quelques chansons kabyles.

De toutes ces activités politiques et culturelles mémorables inscrites en lettre d’or dans la lutte de la Kabylie vers sa liberté, votre journaliste n’a soufflé mot. Son article a réduit cet événement historique du peuple kabyle à une soirée folklorique d’Algériens nostalgiques autour d’un couscous.
Votre journaliste a ainsi transformé la réalité pour la conformer à la politique kabyle de l’Algérie : dépolitiser le 20 avril, le folkloriser, classer la culture amazigh comme une sous-culture de la culture arabe et finir par assimiler le peuple kabyle au peuple algérien – définit comme arabe et musulman. Votre journaliste a ainsi porté préjudice à l’association DKF qui comme son nom l’indique n’est strictement pas assimilable à l’Algérie ni de près ni de loin.

Pour remédier à cette grave faute déontologique, je vous prie de publier ce dementi à la même place que l’article incriminé tout en nous réservant le droit de recourir à toute autre mesure judiciaire pour rétablir la vérité.

Le président de l’association DKF
Ahmed Amrioui

Les preuves :

http://www.tamurt.info/fr/Le-drapeau-Kabyle-leve-dans-le-ciel-de-la-Republique-Tcheque.htmlhttp://www.tamurt.info/fr/On-doit-nettoyer-nos-villages-des-salafistes.htmlhttp://www.tamurt.info/fr/Les-Kurdes-soutiennent-le-GPK-et-la-Kabylie.html?lang=fr

| |

Publicités